J'arrête quand je veux !!

 

J’arrête quand je veux !

 

La clope, la bonne vieille clope, celle du matin, la première, celle qui coupe la nuit, celle qui coupe la vie. C’est qu’elle est présente, elle est séduisante, attachante. La preuve, on ne la quitte qu’avec regret, et encore si on la quitte. Ah, cette fameuse cigarette, c’est toute une histoire, une gestuelle, un outil de séduction pour certains. Ah oui, la fumée qui enveloppe et qui remplit. Quelle douce sensation, lorsqu’elle pénètre dans les poumons. Jusqu’au bout, jusqu’au fond. Chaque alvéole, chaque parcelle qui se colore petit à petit. Ah ! Cette cigarette ! Quelle terrible maîtresse ! A peine allumée, la voilà consumée et avec elle, des minutes de notre existence. Mais qu’importe, et puis c’est pas dit : « Tu te souviens de l’oncle de la cousine de Brian ? Et bien, il a fumé toute sa vie et n’est pas mort de ça ! » et il est mort de quoi l’oncle de la cousine de Brian ? Non pas d’un cancer, ni d’un avc, « n’a pas eu le temps », non, il a eu un accident alors qu’il se penchait pour ramasser son briquet en conduisant sur l’A1.  Sûr, dommage collatéral, ça ne compte… pas dans les statistiques du moins.

Mais quoi, ce n’est pas si grave. Il y a tant d’autres choses de bien plus dramatiques sur cette terre. Hein, Marcel ?

Sûr ! C’est pas grave si la femme enceinte fume, son bébé en profite. On fait d’une pierre deux coups et puis, on ne risque qu’un prématuré, voire un grand prématuré à la santé précaire. Quelqu’un qui profitera à vie de la cigarette maternelle.

C’est pas grave, si la clope du seul fumeur de l’étage envahit tous les bureaux. C’est pas grave, ça fait faire des économies. Un seul être fume et tout est enfumé. Génial le partage !!

Oui, il y a plein de choses, plein d’arguments qui plaident pour la sacro sainte clope. Conviviale, sympathique, un super atout de séduction. Certes, il y a bien quelques inconvénients, cancers, emphysème, phlébite, risques cardio-vasculaires sans parler du teint gris, des dents qui se déchaussent, noircissent sur une gencive qui se rétracte, et la jolie toux qui vous accompagne du lever au coucher et qui fait dire à vos proches : »je t’ai entendu arriver du bas de l’escalier ». Ce n’est pas grave me direz-vous, sauf si on habite au 5ème.

Bref, la cigarette est une compagne très très fidèle, à défaut d’être une amie.

Devant tant d’avantages, on serait tenté de conclure « La cigarette ? Ne mourrez pas sans elle ! »

Commentaires

  • T'es malade d'écrire des trucs comme ça... A la fin du premier chapitre, tu m'avais donné une furieuse envie de reprendre !!!! Bon, fort heureusement pour moi, je suis allée jusqu'au bout de ma lecture et là, plus d'envie -de clope-... en revanche je viens de me jeter sur des gâteaux apéro dont les méfaits ne sont pas encore inscrits sur les boîtes...

  • Ma biche, il suffit de lire d'autres textes du genre "débordement" par exemple et tu as les méfaits des gâteaux dans le texte. (dégats d'été,etc) ça risque d^'être un peu compliqué à retrouver vu que skynet a changé deplateforme et a fait sauter mon sommaire. Je cherche comment rétablir les choses. Sinon je change d'hébergeur. C'est vraiment trop gonflant !

Les commentaires sont fermés.